Mangez au moins 50 fruits et légumes par jour, oui 50 ! Laisser un commentaire

Depuis plus de 50 ans, l’augmentation des rendements dans l’agriculture nous a conduit à une aberration : produire de plus en plus en obtenant des fruits et légumes de plus en plus vides de nutriments. Alors que, dans nos sociétés modernes, nous consommons des quantités toujours plus importantes de calories, il est grave de constater que nos aliments n’ont plus aucun intérêt nutritionnel. Pourtant, c’est bien ce que confirment plusieurs études, menées sur la concentration des nutriments dans les aliments.

C’est ainsi, qu’en comparant nos aliments d’aujourd’hui à ceux des années 1950, les chercheurs se sont aperçus que les quantités de certaines vitamines ou certains minéraux, dans les fruits et légumes, ont été réduites jusqu’à 100 fois ce qu’elles étaient. Faut-il désormais manger 50 fruits et légumes par jour pour obtenir le bon quota de micronutriments ?

Des aliments vides, fruits et légumes en tête

Depuis  des dizaines d’années, les scientifiques contrôlent régulièrement la teneur en nutriments des aliments. Si la quantité de protéines, de lipides et de glucides est importante, c’est du côté des vitamines et des minéraux que l’alerte est donnée. En effet, alors qu’il suffisait de quelques fruits et légumes, pour couvrir les besoins en micronutriments, il y a environ 60 ans, il en faudrait des dizaines actuellement.

Quelques exemples seront plus parlants. Alors que certaines pommes de l’époque pouvaient apporter 400 mg de vitamine C, celles qui sont proposées sur les étals aujourd’hui n’en contiennent plus que 4 mg. De même, en ce qui concerne la vitamine A. Une orange d’il y a 60 ans pouvait fournir la quantité de vitamine A nécessaire à l’organisme humain pour une journée. À présent, il faudrait consommer 21 oranges pour obtenir la même quantité. Concernant certains végétaux, le constat est encore pire. Un oignon de notre époque ne contient plus aucune trace de vitamine A.

Repas de sècheLe brocoli est également touché. Alors qu’on le considère comme une très bonne source de calcium, il en contient à présent 4 fois moins.
Mais cela ne s’arrête pas qu’aux fruits et légumes puisque les animaux sont également nourris avec des végétaux de plus en plus vides de nutriments. La viande produite dans les élevages s’appauvrit également.

L’origine du désastre

Mais, d’où vient le problème exactement ?
La première cause de la perte de nutriments provient des méthodes employées dans l’agriculture moderne. Il faut faire pousser les denrées de plus en plus vite. Et pour cela, on emploie des pesticides et des herbicides qui diminuent la fixation de certains micronutriments. Les engrais déversés en excès font grandir les plantes plus vite, les fruits et légumes deviennent plus gros mais aussi plus juteux à cause de l’irrigation à outrance. Cela donne des végétaux pleins d’eau mais moins riches en micronutriments.

L’utilisation intensive des sols est aussi en cause puisque celle-ci appauvrit le terrain où poussent les végétaux. Le transport est aussi un point crucial puisque nos aliments font de plus en plus de chemin, des milliers de kilomètres pour certains. Or, non seulement les fruits et légumes perdent progressivement leurs micronutriments mais, comme ils sont cueillis plus tôt, pour supporter le temps de transport, ils n’ont pas le temps d’arriver à pleine maturité et de se gorger de certaines vitamines.

Faut-il consommer 50 fruits et légumes par jour ?

Malgré ces données alarmantes, le sujet ne fait pas grand bruit et semble peu préoccuper les autorités sanitaires, qui font la sourde oreille. Pour certains, il n’y a pas de problème puisque nos fruits et légumes sont plus gros qu’à l’époque et apportent donc suffisamment de micronutriments. Ils oublient que rares sont les consommateurs qui mangent de grosses portions de végétaux. Quelques chercheurs préfèrent chercher un moyen d’améliorer l’assimilation des micronutriments plutôt que de se demander comment revenir à des végétaux plus riches. Ce qui serait pourtant le plus logique.

Il est devenu évident qu’il est difficile de consommer suffisamment de micronutriments pour combler les besoins de notre organisme. La solution qui reste est de manger encore plus de fruits et légumes et de s’interroger sur la possibilité d’une complémentation par gélules.

Le bio est-il la solution ?

Devant ce constat, on peut se demander si l’alimentation bio ne serait pas la meilleure solution pour régler le problème. Pour l’instant, il est vrai que les fruits et légumes bio apportent une quantité plus importante de certains micronutriments comme la vitamine C, le phosphore et lemagnésium. Ils sont également moins contaminés par les pesticides et sont plus riches en antioxydants. C’est déjà une bonne raison de favoriser leur consommation par rapport à celle de végétaux classiques.

Pourtant, le problème ne s’arrête pas là puisque plus le bio devient populaire plus le risque de reproduire le schéma d’une agriculture intensive devient grand. En produisant de plus en plus d’aliments bio, l’agriculture biologique perdrait une grande partie de son intérêt nutritionnel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0
Connecting
Please wait...
Send a message

Sorry, we aren't online at the moment. Leave a message.

Your name
* Email
* Describe your issue
Login now

Need more help? Save time by starting your support request online.

Your name
* Email
* Describe your issue
We're online!
Feedback

Help us help you better! Feel free to leave us any additional feedback.

How do you rate our support?