Les précurseurs de Nitric Oxide Laisser un commentaire

NO sont les initiales pour Nitric Oxide, le nom anglais qui désigne le Monoxyde d’Azote en français ou Oxyde Nitrique. Ce Monoxyde d’Azote est un gaz qui possède une action proche de celui de certaines hormones. Mais sa durée de vie étant très limitée, le corps est obligé d’en fabriquer constamment.

Dans ce contexte, une complémentation serait donc intéressante notamment parce que l’Oxyde Nitrique semble posséder de nombreux effets bénéfiques pour le sportif.

Or, tous ces effets ne sont pas prouvés, on peut même trouver des études qui en prouvent le contraire. C’est donc un élément complexe et dont certains effets sont paradoxaux.

Les effets bénéfiques du NO

Tout d’abord, on sait que la baisse du taux de NO est liée à une chute de la synthèse des protéines ainsi qu’à une moindre hypertrophie musculaire lors d’un effort physique. Mais on sait aussi que le Monoxyde d’azote participe à activer certaines cellules souches qui peuvent réparer les fibres musculaires ou se changer elles-mêmes en cellules de muscles.

De plus, le NO peut augmenter la vitesse de réparation d’un tendon lésé et même accélérer la récupération musculaire au repos.

Enfin, l’effet le plus connu de l’Oxyde Nitrique est sa capacité à influencer les muscles qui compriment les vaisseaux sanguins. Son action permet de desserrer l’étreinte de ces muscles afin de faciliter la circulation du sang. C’est donc une action vasodilatatrice qui permet d’améliorer le transit de l’oxygène à travers le sang. Mais on retrouve également une utilité de cette action dans les traitements contre les dysfonctions érectiles. Certains médicaments bien connus sont d’ailleurs des stimulants de la production de NO.

booster de NO

Les effets néfastes du NO

Le NO peut avoir un effet destructeur sur les tissus, il peut ainsi agir comme un radical libre et créer un stress oxydatif. Cette action dépend du contexte puisqu’en d’autres circonstances le NO favorise la protection des cellules. Les études n’ont pas pour l’instant pu déterminer ce qui pouvait expliquer ce changement.

L’Oxyde Nitrique pourrait également participer à la survenue de crampes.

Les effets controversés

L’augmentation du taux de NO pourrait être lié à un accroissement de la force et de l’endurance. C’est en tout cas le résultat de certaines études. Mais d’autres études tendent à démontrer l’inverse. Difficile donc de se prononcer sur l’effet réel du NO sur ces paramètres.

Suivant les études, le NO pourrait également permettre une meilleure utilisation des réserves adipeuses comme source d’énergie. Or, d’autres études nous disent le contraire. Impossible en l’état actuel des choses de savoir si le NO peut aider à perdre du gras ou au contraire risque de faciliter le stockage de graisse dans l’organisme.

Les compléments booster de NO

Ce type de compléments contient généralement une liste assez conséquente d’ingrédients. On peut par exemple y retrouver des BCAA, de la caféine, de la créatine, du Bêta-Alanine, de la Taurine etc. Mais même si ces ingrédients peuvent avoir des effets intéressants, ils ne sont pas responsables de la stimulation de NO. Les vrais boosters de NO sont en fait l’Arginine et la L-Citruline. Ce sont les précurseurs du monoxyde d’azote.

Il est donc tout à fait possible d’utiliser de l’Arginine seule ou de la L-Citruline qui en est un précurseur. Mais il faut savoir que selon certaines études, la L-Citruline semble inhiber la production de NO pendant l’effort alors qu’elle accroît pourtant le niveau sanguin d’Arginine.

On pourrait donc s’attendre à bénéficier des effets bénéfiques de l’Oxyde Nitrique pendant les entraînements grâce à la prise de ces compléments. Or, même si la congestion est bien là, l’intérêt de ce type de complément sur la prise de masse musculaire n’est apparemment pas avéré. L’utilité n’en est donc qu’esthétique. Le pratiquant de musculation qui voudra tout de même essayer peut utiliser autour de 9g d’arginine.

Mais attention, toutes les formes ne se valent pas. Si le chlorhydrate d’arginine est la forme la plus ancienne elle ne contient que 80% d’arginine et peut provoquer des problèmes digestifs. La L-Arginine, elle, est une forme beaucoup plus pure mais peut tout de même provoquer le même genre de désagréments. On peut alors utiliser une forme peptidique du type AKG ou OKG, qui sont des formes dont l’assimilation pose moins de problèmes mais qui sont un peu plus chères.

Conclusion

Les boosters de NO sont des produits promettant une meilleure prise de masse musculaire via la stimulation de la production de monoxyde d’azote par l’organisme. Or, à part une congestion plus importante, l’arginine ou la L-citrulline n’apporteront pas grand chose de plus, à part un léger plus pour les débutants peut-être.

Le reste des ingrédients des boosters de NO n’agiront pas sur le monoxyde d’azote mais pourront apporter une stimulation ou un certain anabolisme.

Il peut donc être finalement plus avantageux de prendre simplement de la caféine et des BCAA avant sa séance et de se complémenter en créatine, plutôt que d’ingurgiter un produit plus cher qui base sa publicité sur les avantages du NO, alors qu’il n’y a pas grand chose à en attendre et que cela peut provoquer des désordres intestinaux, problématiques avant une séance.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

MENU